© 2017 J'achète à Tourcoing

Nous suivre
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Instagram Social Icon
Please reload

Posts Récents

Capucine Dhenry est élue Miss Tourcoing 2018

05/11/2018

1/10
Please reload

Posts à l'affiche

Interview de Dominique Vilain Allard, Délégué régional du Concours Miss France

24/10/2017

Rencontre avec une personne fabuleuse qui anime toutes les élections cantonales et régionales du Concours Miss France depuis 1995 ! Un moment unique plein d’authenticité et de sincérité pour découvrir ce personnage.

 

Depuis combien de temps vous occupez-vous des élections régionales ?

 

J’ai présenté ma première élection en novembre 1991. C’était à la suite d’une demande que l’on m’avait faite d’organiser un défilé du fait de mon activité professionnelle de costumier. J’ai présenté cette première élection, et des organisateurs trouvant ma prestation concluante m’ont eux-aussi sollicité pour d’autres élections.

Dans le cadre des activités artistiques, il est logique d’acquérir de l’expérience pour faire ses preuves. Au fil du temps et des nombreux galas, le public a pu apprécier mes qualités de présentateur et ce talent m’a valu d’être nommé Délégué Régional en 94, ce qui m’a permis de mettre en place ma première élection officielle en 95.

La mission que je m’étais donnée, c’était de réparer une injustice. En effet, la région aussi vaste et aussi peuplée qu’elle soit, n’était pas représentée au niveau national et international. Le Nord/Pas-de-Calais était en déficit d’image chronique.

Qu’elle ne fut pas ma fierté de partager avec tous les chtis ce 1er titre de Miss France que Camille Cerf nous a offert en décembre 2015. Titre que la région attendait depuis la création du Concours Miss France en 1920 !

Puis ce fut le « Doublé » que nous apporta Iris Mitteneare avec un 2nd titre de Miss France en décembre 2016 et pour « couronner » le tout, le titre de Miss Univers remporté par Iris en Janvier 2017.

Si ces 3 magnifiques médailles ponctuent ma carrière, c’est grâce au soutien des habitants du Nord/Pas-de-Calais qui y ont cru, ont espéré, ont voté et ont gagné !

Comment en êtes-vous arrivé à vous occuper des élections ?

Grâce à mon métier de costumier, j’ai été amené à organiser un défilé et à le présenter dans le cadre des journées du patrimoine. On a trouvé que je ne présentais pas mal (rires), on m’a donc demandé pour une autre élection et ça a donc fait boule de neige.

L’élection Miss Nord/Pas de Calais va-t-elle devenir Miss Hauts de France.

La terminologie Haut de France relève de la géopolitique. Le Concours miss France reste attaché à la valorisation de nos régions, de leur identité, de leur histoire, et de leur folklore, et le découpage historique de la France permet la présence de 30 prétendantes au Concours. Vous imaginez bien qu’avec seulement 13 régions en France, le Concours Miss France ne serait pas représentatif de la richesse de tout le pays avec seulement 13 candidates.

 

 

Que vous ont apporté les élections depuis toutes ces années ?

Je suis issu d’une famille d’artistes. J’ai commencé le piano dès l’âge de 4 ans et j’ai toujours baigné dans la musique. J’ai eu la chance également d’être élevé dans le culte de la comédienne Béatrice Bretty, filleule de ma grand-mère et sociétaire à la comédie Française qui a toujours été pour moi un exemple de réussite.

Je me souviens encore des récitations qui m’ont valu des 1ers prix et que j’adorais déclamer devant mes copains de classe, mon premier public !

J’ai cette envie d’offrir au gens, de les mettre en valeur, de partager. Je suis très reconnaissant au public de me permettre de vivre ma passion de la scène. En effet, les spectateurs ressentent la sincérité de ma démarche et j’apprécie énormément cet échange avec le public. D’autant plus, il faut bien l’avouer, que le public ch’ti, c’est le meilleur !

 

Votre plus grande tristesse dans cette aventure ?

Je n’en ai pas. Honnêtement, il y a bien des petits morceaux de tristesse, et notamment lorsqu’on est obligé de laisser des Miss avec qui on a partagé plein d’aventures et sur scène tellement d’émotion ! Puis une autre Miss vient la remplacer à l’échéance, c’est la règle du jeu. Mais cette petite larme à l’œil est vite essuyée par la satisfaction d’avoir permis à l’une d’acquérir de l’expérience, de la maturité, de la confiance en soi pour l’aider à construire son avenir. Et à la nouvelle, la joie de l’accueillir pour lui transmettre les mêmes valeurs et lui permettre de s’épanouir dans l’aventure Miss France.

Puis vous savez, on garde toujours le contact : « Miss un jour, Miss toujours ! »

 

Votre meilleur souvenir dans les élections ?

Mon meilleur souvenir, j’en ai beaucoup A chaque fois que j’annonce les résultats, j’ai conscience que le destin d’une jeune fille est entrain de changer à la seconde où je prononce son nom.

En effet, sous les acclamations du public, elle sort de l’anonymat, c’est énorme de voir cet éclat dans ses yeux. On se sent investi d’une véritable responsabilité vis-à-vis de ces jeunes filles. Et ce, à chaque élection, aussi bien cantonale que régionale ! C’est un moment unique !Moi-même j’ai été tellement bouleversé lorsque j’ai obtenu avec Camille mon 1er titre de Miss France. J’ai vécu la même intensité d’émotion quand Iris a été proclamé Miss Univers.  C’est à cette occasion que j’ai découvert qu’on pouvait oublier de respirer (rires).

 

Merci Monsieur Vilain Allard pour ce moment précieux et ces souvenirs et histoires partagés.

 

Partager
Twitter
Please reload

Retrouvez-nous